Au revoir Jean

C’est avec beaucoup d’émotion et de tristesse que nous avons accompagné notre ami Jean Dutirou dans sa dernière demeure le 12 avril dernier.

Né en 1927, Jean fait ses études à Tarbes et entre en 1942 comme apprenti à l’usine des Aéroplanes Morane Saulnier* nouvellement implantée sur l’aérodrome à Louey. Il y a vécu l’occupation allemande lors de la seconde guerre mondiale et a vu décoller les Focke-Wulf  et autres Messerschmitt en 1943 . Il a passé la totalité de sa carrière dans cette usine, à différents postes et en gravissant de nombreux échelons pour y finir cadre et prendre sa retraite au début des années 80.

La vie s’écoula ainsi, entre travail, famille et voyages. Toujours actif et disponible, curieux et joyeux, il a rejoint notre association en 2010, au sein de l’équipe de « jeunes travailleurs », fermement décidé à participer à la construction de la réplique de Roland Garros : le Morane-Saulnier Parasol Type L. Ce fut un véritable coup de fouet dans le dernier épisode de la vie de Jeannot. Il en était très fier et c’était pour lui un véritable honneur d’appartenir à cette équipe et de vivre une aventure humaine et technique exaltante.

Jean, que tout le monde surnommait affectueusement « papy », puisqu’il était notre vétéran, a amené la construction du type L  jusqu’au bout et son départ vers les USA en juin 2017. Peu de temps après il a commencé à ressentir les premiers signes de sa maladie et n’a pu venir voir le nouvel avion que nous construisons qu’une seule fois.  Hospitalisé récemment et de retour dans son cocon comme il aimait à le dire, il s’est éteint chez lui comme il le désirait du plus profond de son cœur.

Nous garderons en mémoire son attitude emplie de sensibilité, d’humilité, de gentillesse, de beaucoup d’humour aussi, toujours à l’écoute des autres, sans jamais être avare de bons conseils. C’est une partie de notre histoire qui s’en va avec lui, un maillon de la longue chaîne de transmission des aéroplanes Morane Saulnier qui vit encore aujourd’hui, en partie grâce à lui, et ce depuis 1911. Nous sommes certains qu’il verra voler la seconde réplique de là ou il se trouve, avec son éternel sourire au coin des moustaches.

Au revoir Jeannot et merci pour ce que tu nous as apporté.

* : aujourd’hui Daher

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close