Morane-Saulnier 760C Paris III : un avion unique retourne sur son lieu de naissance !

Lannes, le 19 septembre 2019 : L’association Héritage Avions Morane-Saulnier réceptionne ce jour un avion unique, le Morane-Saulnier MS 760C Paris III, un biréacteur d’affaires de deux tonnes, sur le site de DITECH, à Lannes (Hautes Pyrénées). Un lieu hautement symbolique puisque le site jouxte les pistes de l‘aéroport où cet avion effectua son premier vol voici 55 ans.

L’arrivée de cet avion s’inscrit dans le cadre d’un partenariat entre l’UIMM Occitanie Adour-Pyrénées, le site DITECH (Développement de l’Industrie dans les Territoires en faveur de l’Emploi et des Compétences dans les Hautes-Pyrénées) du Pôle Formation Adour et l’association.

L’association a ainsi un lieu pour préserver une pièce unique du patrimoine aéronautique du plus vieil avionneur encore en activité, successivement Morane-Saulnier, SOCATA puis aujourd’hui Daher.

Pour le centre d’apprentissage de DITECH, c’est un outil pédagogique inestimable qui va permettre aux élèves de mettre en pratique leurs connaissances au travers du chantier de remise en état de ce jet.

Un projet passionnant pour les apprenti(e)s qui auront la chance de participer à cette aventure !

Le symbole de ce partenariat repose sur le transfert des savoir-faire et savoirs qui ont fait la renommée du secteur aéronautique des Hautes-Pyrénées.

L’histoire du patrimoine local est donc mise en avant par l’intégration d’un tel outil de formation dans les programmes préparant les compétences de demain.

Et l’histoire continue…

En savoir plus sur les formations aéronautiques

Le Pôle Formation Adour propose sur son site de Lanne, une formation par apprentissage en bac professionnel Aéronautique (deux options : aérostructure et systèmes).

La spécialité « aérostructure » offre des débouchés dans la fabrication, la maintenance et l’assemblage de pièces ou sous-ensemble de structure métallique et/ou composite.

La spécialité « systèmes » quant à elle, prédestine les stagiaires à se spécialiser dans les systèmes des aéronefs, tant dans la construction de la cellule que la maintenance des systèmes.

Histoire du Paris III

Cet avion est une évolution du quadriplace MS 760 Paris, premier jet de liaison à voler en juin 1954, voici tout juste 65 ans. Il connut un succès d’estime avec 157 appareils produits dans l’usine Morane-Saulnier de 1956 à 1962.

Le modèle Paris III devait répondre aux remarques de la clientèle potentielle nord-américaine recueillies lors d’une tournée commerciale en 1955 : un fuselage plus long pour accueillir une cabine pressurisée confortable pour accueillir 4 passagers et une porte latérale, plus pratique pour accéder à bord.

Après le décès de son concepteur, l’ingénieur René Gauthier, en 1956 et par suite de difficultés financières, le Paris III reste à l’état de projet jusqu’au début des années 60. Le programme est finalement lancé à la faveur de la reprise des établissements Morane-Saulnier par Henry Potez, illustre pionnier de l’aviation. Le prototype effectue son premier vol le 28 février 1964, sur les pistes de Tarbes-Lourdes-Pyrénées avec pour équipage Lucien Colomes, pilote et Jean Burolleau, ingénieur navigant.

Après la cession de Morane-Saulnier à Sud Aviation en 1965, le programme Paris III est abandonné au profit d’un autre projet de jet d’affaires. Toutefois le prototype connaît une nouvelle carrière comme avion de liaison. D’abord au sein de Sud Aviation, qui devient Aerospatiale en 1970, où le MS 760C sert de navette entre Toulouse, le centre d’essais en vol d’Istres et les sites britanniques du programme Concorde. Les pilotes d’essais André Turcat, Jean Pinet, Gilbert Defer et bien d’autres se relaient à ses commandes pour faire avancer l’aventure à une époque où les visio-conférences relèvent encore de la science-fiction.

Après son utilisation par la division Hélicoptères d’Aerospatiale à Marignane, l’avion est cédé en 1983 à Euralair, présidée par Alexandre Couvelaire, pionnier de l’aviation d’affaires et du charter en France. Une compagnie aérienne bien connue dans la région pour avoir assuré des vols au départ de l’aéroport de Tarbes-Lourdes-Pyrénées. Partenaire du programme TBM à la fin des années 80 Alexandre Couvelaire a bien voulu confier à l’association le soin de restaurer ce maillon de l’évolution de l’aviation d’affaires, qui préfigurait l’avion Daher TBM aujourd’hui en production sur l’aéroport bigourdan.

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close